Après un siècle glorieux, l’industrie du disque se perd dans les nuages

Revivez l’histoire de l’industrie du disque au Musée des ondes Emile Berliner

C’est à Montréal que naît l’industrie du disque, plus précisément dans le quartier Saint-Henri où l’immigrant et inventeur allemand Emile Berliner (1851-1929) commercialise son invention brevetée en 1887: le gramophone, le tout premier appareil à reproduire le son à l’aide d’un disque tournant.

Berliner lance sa compagnie en 1889, la Berliner Gramophone Company et, plus tard, la filiale His Master’s Voice (HMV), facilement identifiable à son logo, le fameux chien de race Jack Russell (Nipper) qui plonge le regard dans le gramophone. En 1924, Victor Talking Machine achète la compagnie de Berliner pour fusionner, cinq ans plus tard, avec Radio Corporation of America (RCA), d’où l’étiquette RCA Victor avec Nipper comme image de marque.

Avant cette transaction, le fils de Berliner, Herbert Samuel (1882-1966) quitte l’entreprise paternelle pour se consacrer exclusivement à Compo, l’usine de pressage de disques qu’il a ouverte à Lachine, en 1918.

Il s’associe ensuite à l’auteur, compositeur, musicien, mais surtout producteur d’artistes pour la compagnie Starr Records, Roméo Beaudry (1882-1932). C’est ce dernier d’ailleurs qui découvre Mary Travers (1894-1941) mieux connue sous le nom de La Bolduc, une Montréalaise d’adoption qui devient la première grande vedette du Québec. C’est vraisemblablement l’association Berliner-Beaudry qui lance l’industrie québécoise du disque. Devant le succès remporté par ce duo, les multinationales du disque entrent dans le jeu et signent aussi des contrats avec artistes québécois.

Après un ralentissement marqué, l’avènement du rock’n’roll redonne du tonus à l’industrie du disque à la fin des années 1950. Cette nouvelle musique au rythme endiablé a un effet d’entraînement. Depuis, de nouvelles générations d’artistes québécois émergent sans cesse.

Mais l’arrivée de la musique en continu (streaming), au cours des dernières années, menace plus que jamais l’industrie mondiale du disque. Ce nouveau mode de diffusion fait fondre tragiquement le revenu de nos créateurs.

* * *

Revivez l’histoire de l’industrie du disque au Musée des ondes Emile Berliner dans l’ancien édifice de RCA, au 1001, rue Lenoir à Montréal.

moeb.ca