Brasserie Harricana : Renaître de ses cendres 600 km plus loin

Marie-Pier Veilleux ne pouvait oublier Harricana, la brasserie de ses parents à Amos, en Abitibi. Elle y a passé une grande partie de son enfance, et les souvenirs heureux sont nombreux, en commençant par la chambre froide, sa cachette préférée pour enfiler «illégalement» des pointes de tarte au sucre que cuisinait maman.

Ouverte en 1975, puis fermée en 1989, l’ex-brasserie a disparu du paysage lors d’un incendie, en 2013. Mais, tel un phénix, elle renaissait de ses cendres en 2014, et qui d’autre que l’enfant d’Harricana, Marie-Pier Veilleux, pour lui donner ce second souffle de vie!

Marie-Pier ne s’est pas lancée seule dans l’aventure. Elle s’est associée avec Cynthia Santamaria, et toutes deux ont peaufiné leur projet: faire revivre à Montréal, et en 2014, la populaire basserie d’Amos des années 1970. L’idée aurait pu paraître saugrenue au départ, mais quand on connaît les filles, on ne s’étonne pas de leur succès aujourd’hui.

L’établissement de Montréal a hérité des chaises de la brasserie abitibienne au cuir couleur saumon, des vieux trophées et des poissons empaillés qu’on a accrochés aux murs, des luminaires ainsi que de la solide porte en bois du frigo. Plusieurs recettes de maman ont fait le voyage aussi, dont celle de la tarte au sucre (évidemment!), mais aussi du gâteau Reine-Élisabeth et de la sauce à spaghetti. Le menu de la Brasserie Harricana est de type «comfort food». On y trouve donc du ragoût de boulettes avec tourtière et fèves au lard, des burgers, mais aussi des tartares, des frites légèrement sucrées et du poulet à la bière.

Quant à la bière, eh bien là, c’est le pactole! Le choix est immense et les bières locales, dont celles brassées sur place par Brasserie Harricana, sont les grandes vedettes. Sympathique aussi de voir les garçons de table portés un tablier blanc à la taille…

95, rue Jean-Talon Ouest

www.brasserieharricana.com