Divertissement virtuel, Montréal mène le jeu

Qu’ont en commun les jeux vidéos Assassin’s’Creed Origins, Batman: Arkham Origins et Shadow of the Tomb Rider?

Tous ont été créés à Montréal!

À l’instar de centaines d’autres d’ailleurs qui, comme dans le cas de ces trois exemples, ont pénétré dans des millions de foyers à travers le monde et conquis les gamers de tout acabit. En fait, Montréal est l’un des plus importants centres de production de jeux vidéos du monde. Il se classe dans le top cinq mondial, et est numéro un au Canada. Sur les 230 studios installés au Québec, 70 % d’entre eux ont pignon sur rue à Montréal. Du reste, c’est à Montréal que se trouve la plus grande concentration de studios internationaux du monde.

On estime à 13 000 le nombre de professionnels évoluant dans l’industrie du jeu vidéo sur l’île (à lui seul, Ubisoft en emploie 5000). Des gens de partout sur la planète immigrent à Montréal, afin de travailler sur des projets développés ici.

Et la relève n’est pas sur le point de se tarir non plus, avec 14 000 étudiants inscrits à l’université et 4000 au collégial, tous dans un domaine lié au jeu vidéo. De futurs diplômés en route vers une rétribution plutôt intéressante: tout près de 70 000 $ annuellement.

Pour soutenir cette industrie florissante qui connaît une croissance phénoménale (1 G$ en retombées en 2019), on a créé la plus grande coopérative au monde: la Guilde du jeu vidéo du Québec. C’est à elle que l’on s’en remet pour faire rayonner l’immense savoir-faire de nos créateurs.

Quelques jeux vidéos produits à Montréal:

  • Army for Two (Electronic Arts)
  • Deus Ex: Human Revolution (Eidos)
  • The Prince of Persia: Les Sables du temps (Ubisoft)
  • Hitman Go (Square Enix)
  • Ancestors: The Humankind Odyssey (Panache)
  • The Messenger (Sabotage Studio)