Intelligence artificielle: Et si Montréal devenait le «cerveau» de l’humanité?

Montréal dispose d’un réservoir de talents en intelligence artificielle (IA) à faire pâlir d’envie

Facebook, Google, Microsoft et Samsung le reconnaissent d’emblée, eux qui investissent des sommes colossales dans ce secteur en pleine ébullition à Montréal: au-delà de 500 millions en deux ans seulement. Et ça continue!

Ce ne sont que quelques-uns des «gros noms», car ils sont bien plus nombreux à croire au potentiel de la grappe montréalaise en IA, l’une des plus productives au monde. Une grappe offrant la plus grande concentration de chercheurs en IA du monde.

Près de 11 000 étudiants universitaires sont inscrits à un programme lié à l’intelligence artificielle et une vingtaine de professeurs sont de renommée internationale, dont Yoshua Bengio, lauréat du prix Turing 2018 (le Nobel de l’informatique).

On estime par ailleurs à plus de 86 000 les emplois liés à l’IA dans le Grand Montréal.

Quelques exemples d’avancées technologiques pour lesquelles l’intelligence artificielle montréalaise a eu un rôle à jouer:

  • La sonde peropératoire, soit une nouvelle méthode de détection du cancer mise au point par des chercheurs de McGill. Cette sonde puissante repère avec précision presque toutes les cellules cancéreuses du cerveau en temps réel lors d’une chirurgie, ce qui maximise les résultats.
  • La prédiction des crises d’épilepsie au moyen d’algorithmes basés sur des techniques d’intelligence artificielle, et ce, bien avant qu’elles ne surviennent.
  • La création d’une application pour téléphone intelligent et tablette qui, par quelques tests, aide à dépister le VIH.
  • Le balayage rétinien pour la détection précoce de la cécité liée au diabète.
  • La technologie pour exécuter des tests sur les effets secondaires des médicaments avant leur commercialisation.
  • Nectar, un système crée par l’entreprise du même nom, qui permet de surveiller de près la santé des ruches.
  • Le microtransporteur conçu par la Polytechnique de Montréal. En naviguant dans les vaisseaux sanguins de tout le corps humain, il peut se rendre directement à la tumeur et y décharger le médicament destiné à la combattre. Cette technique permet d’atteindre des zones inaccessibles par les traitements traditionnels.
  • Montréal a été désignée par Ottawa le siège de la supergrappe d’innovation en IA au Canada et, par Québec, le siège d’IA Québec.