Chronique du concièrge – Étienne Bellemare

Ils sont apparus au Moyen Âge. On les appelait « comtes des cierges ». Ils assuraient la sécurité du château, dirigeaient les domestiques, répondaient aux besoins particuliers de la cour et avaient la responsabilité des bougies.

Plusieurs siècles plus tard, ils existent toujours, bien qu’au Québec, ceux qu’on désigne erronément sous ce nom sont en fait des préposés à l’entretien. Les véritables concierges, au nombre approximatif de 3500 dans le monde, sont regroupés au sein d’un ordre professionnel, Les Clefs d’Or.

Étienne Bellemare fait partie du groupe. Son « château », c’est le Sofitel Montréal Le Carré Doré. Il y travaille depuis avril 2014 et, à la lumière de ce qu’il raconte, des similitudes se dessinent avec ce que faisaient ses ancêtres, comme de répondre aux besoins parfois insolites des clients.

« Je me souviens entre autres d’un monsieur très important qui devait prononcer une conférence, tôt le lendemain matin. Il n’avait rien à se mettre sur le dos, car ses bagages avaient disparu à l’aéroport. J’ai fait ouvrir un magasin en pleine nuit, juste pour lui », raconte le successeur des comtes des cierges.

« Il y a eu aussi un couple gai qui a décidé, deux jours avant leur départ, de se marier ici, car cela était interdit dans leur pays. J’ai trouvé un célébrant en vitesse, et la cérémonie a eu lieu dans leur chambre. J’ai été leur témoin…»

Heureusement pour Étienne, les demandes ne sont pas toujours aussi singulières. « La plupart du temps, on recherchera des endroits méconnus à visiter ou pour y manger», indique-t-il.

Qu’est-ce qu’il conseille?

« Ouf, il y a beaucoup à faire et à voir à Montréal. J’aime leur parler de surf sur le fleuve ou du festival Mural, du boulevard Saint-Laurent, l’été. Et pour les restaurants moins connus, je leur mentionnerai Chez Doval,un excellent établissement portugais, ou le haut de gamme du Moyen-Orient, comme le Damas, Alep et Su ou, pour notre terroir, le Manitoba… »