Lili St-Cyr a été la reine de Montréal

Oh! ma Lili…

Tout le Québec, les États-Unis et une bonne partie de l’Europe connaissaient cette ravissante Américaine née à Minneapolis, en 1917. De 1944 à 1951, l’effeuilleuse Lili St-Cyr (Marie Frances Van Schaack) a été la reine de Montréal.

Son numéro dans une baignoire transparente, dont l’audace mettait à mal les protecteurs de la bonne morale, aura été le plus célèbre de tous. Lorsque le rideau s’ouvrait, on découvrait sa majesté nue dans la baignoire. Après avoir feint de se laver, Lili St-Cyr se vêtait très lentement sous les applaudissements et les sifflements.

Pourquoi se vêtir plutôt que se dévêtir? C’est qu’un règlement municipal interdisait à une danseuse de quitter la scène avec moins de vêtements qu’elle avait sur elle lorsqu’elle y était montée. Le Comité de moralité publique, fondé par le Dr Ruben Lévesque a tenté de mettre fin au stratagème en l’accusant d’indécence devant les tribunaux, en vain d’ailleurs.

Cependant, le Comité, dont faisaient partie les procureurs Pacifique Plante et Jean Drapeau, devenu plus tard maire de Montréal, avait d’autres chats à fouetter, car le nightlife (surtout dans le Red Light) collait à Montréal la réputation d’une ville hautement festive et permissive.

Cela a débuté dans les années 1920, alors que profitant de la prohibition américaine, les cabarets proliféraient. Dans les années 1940 et 1950, Montréal en comptait une quarantaine, dont Au Faisan Doré, Chez Parée, Roxy, Casa Loma et El Morocco, principalement situés dans la rue Sainte-Catherine et la main (boulevard Saint-Laurent). Parmi les grands noms à l’affiche figurent Frank Sinatra, Dean Martin, Jerry Lewis, Édith Piaf, Charles Trenet et Charles Aznavour.

Au grand dam de Drapeau et de Plante s’y sont greffées des maisons de jeux et de nombreuses maisons closes. Une certaine Anna Labelle Beauchamp en aurait dirigé une centaine à elle seule! Les rues Saint-Laurent, Clark et Stanley étaient réputées pour ces activités illicites.

Avez-vous idée du cachet hebdomadaire que Lili St-Cyr recevait en 1944 quand elle se produisait au Théâtre Gayety (aujourd’hui le Théâtre du Nouveau Monde)?

Jusqu’à 5000 $!

Cinq fois le salaire annuel moyen de l’époque!