Mélanie Blanchette : De préposée à l’entretien à propriétaire de restaurants

Aussi bon que puisse être le chef, aussi savoureux que puisse être son plat, sans un service irréprochable, point de salut!

Le service dans la restauration est un défi de tous les jours tant il y a d’aléas: l’humeur des clients, les exigences particulières, un plat qui retarde, un rush imprévu, une panne de courant et le reste… C’est ce type de défi qui a charmé Mélanie Blanchette, il y a près d’une vingtaine d’années, et qui exerce toujours cette même attraction aujourd’hui.

C’est en tant que «femme à tout faire» que Mélanie fait ses premières expériences dans la restauration. Quand elle n’a pas cours à l’Université Laval à Québec, où elle étudie en rédaction professionnelle, elle nettoie les toilettes d’un resto ou y fait la plonge ou lave les planchers.

Puis un jour, un pub irlandais l’embauche comme serveuse, poste qu’elle n’a jamais occupé auparavant et, comble de malchance, son premier jour coïncide avec la Saint-Patrick. Elle aime les défis, qu’on vous dit!

Le milieu lui plaît, la job aussi. Alors elle s’inscrit en gestion à l’université, avec une idée en tête: avoir un jour son restaurant, ce qui se concrétisera en 2010 lorsqu’elle ouvre avec son associé de toujours, l’excellent chef François Nadon, le Bouillon Bilk. Un petit resto d’à peine 1200 pi2 avec une dizaine d’employés, mais qui s’agrandit par la suite pour accueillir 90 convives.

Défi relevé, il lui en faut un autre. En mai 2015, le duo lance un second resto, le Cadet, lui aussi boulevard Saint-Laurent, à quelques pas seulement de son «aîné». La formule du Cadet consiste principalement en des tapas, alors qu’au Bouillon Bilk, on parlera davantage de fine gastronomie.

Mais chez l’un ou chez l’autre, c’est absolument délectable, et le service, bien entendu, est cinq étoiles!

1595, boulevard Saint-Laurent

www.bouillonbilk.com

1431, boulevard Saint-Laurent

www.restaurantcadet.com