Une dualité qui stimule

Marcher en forêt, pique-niquer sur la plage, pêcher à la ligne, faire du rafting, de la planche à voile, de la motomarine, du vélo en milieu boisé ou faire saucette dans le fleuve, après quoi on remballe tout l’attirail pour assister, 10 minutes plus tard, aux spectacles du Festival de jazz en plein cœur de la ville…

Ça, c’est vraiment Montréal! Le calme et la sérénité d’un site naturel, pour ne pas dire sauvage, puis, à quelques minutes de là, les gratte-ciels, le bitume, le tintamarre des quartiers commerciaux, la foule frénétique qui hurle de joie lors d’un spectacle…

Deux mondes à l’opposé, mais qui se complètent comme c’est pas possible! Cette dualité tellement stimulante confère à Montréal un statut particulier.

Lorsqu’il est question de «nature» à Montréal, on pense inévitablement à la montagne, le mont Royal. Mais Montréal, c’est aussi un fleuve, des rivières, une douzaine de plans d’eau, 137 km de rives publiques, 4 plages urbaines, 94 sites de kayak, 119 km de pistes cyclables et 144 parcs, dont 19 grands qui donnent carrément l’illusion d’être en pleine campagne, d’être à des dizaines de kilomètres de la grande ville.

Par exemple, les parcs nature, au nombre de huit et totalisant quelque 1686 ha, se caractérisent par leur grande diversité d’activités offertes, qu’importe la saison. Outre les sports aquatiques ou nautiques et les randonnées en forêt, activités communes à presque tous les parcs nature, certains vous inviteront à vous initier à l’astronomie, à visiter une ferme ou à observer oiseaux et autres animaux.

Et tout ça à quelques petites minutes du centre-ville. C’est la cour arrière de Montréal, quoi!

www.parcs-nature.com